Domaines applicatifs autour du web social

Nous avons étudié différents domaines impactés par le web social : la musique, le financement participatifs, et d’autres domaines plutot liés à l’internet des objets.

La musique

http://www.huffingtonpost.com/rob-brooks/how-the-internet-is-changing-music_b_2826848.html
Avant, pour écouter une musique, obligation d’acheter tout l’album ($$).
Maintenant, possibilité de télécharger l’album ou les pistes séparément, de regarder la vidéo youtube gratuitement.
La diffusion de musique est plus importante (torrents > préter un CD).
Le web permet à des artistes de se faire connaître sans le support des grandes maisons de disque. Il permet l’apparition de musiques virales, cultes, de musiques-gags qui n’auraient jamais percées autrement.
ex : Gangnam Style : + 2 240 000 000 vues
Rick Astley nommé Best Act Ever aux MTV Europe Music Awards 2008 pour une chanson sortie 20 ans plus tôt grâce au phénomène du “rickroll” (http://www.theguardian.com/music/2008/nov/07/rick-astley-best-act-ever).
Problème de la rémunération : les artistes gagnent plus d’argent par les concerts et moins par les ventes de musique.
La diffusion de musique (illégale) favorise la reconnaissance d’un artiste et donc augmente les revenus annexes (concerts, marchandises). Les petits artistes qui n’ont pas de revenus annexes souffrent le plus de cette diffusion non rémunérée.

http://sidewinder.fm/post/32829312061/round-table-how-has-spotify-changed-the-way-we
Influence des bibliothèques de streaming à la demande (Spotify) sur la façon d’écouter la musique.
Plus d’achats ni même de téléchargement, écoute en direct.
Partage des écoutes avec les amis sur facebook. Possibilité d’écouter à plusieurs, en même temps. Les gens écoutes plutôt des playlists que des albums. Ils écoutent plus de chansons différentes (et moins de fois les mêmes).

Le crowdfunding

https://www.fpb.org/business-support/crowdfunding-small-businesses-explained
Nouvelle façon de financer les start-ups basé sur internet et le social.
Avant investisseurs ou banques, maintenant, n’importe qui sur internet.

https://www.kickstarter.com/projects/elanlee/exploding-kittens/description
+170000 backers et +6800000$ pour un jeu de cartes (avec des chats).
https://www.kickstarter.com/projects/324283889/potato-salad
+6900 backers et +55000$ pour une salade pommes de terre.

Principe : une entreprise fixe un objectif de levée de fonds et n’importe qui peut participer. Si l’objectif est atteint, l’entreprise touche la somme récoltée, sinon les investisseurs ne sont pas débités.
Plusieurs investisseurs, souvent personnels, font de petits investissements. Les “backers” reçoivent différents prix suivant leur participation : une mention, un ou plusieurs exemplaires, des versions collector, dédicacées, …
Pour les entreprises qui investissent, ça peut être du sponsoring.
Stratégie plus axée sur la communication et les réseaux sociaux que les sur les relations professionnelles.
Nombreux avantages : simple, rapide, permet de créer une communauté de fans, moins de risques, permet de faire de la communication, permet d’avoir une sorte de vote de confiance du publique, avantages fiscaux suivant les pays (ex : réduction de taxes pour les investisseurs aux Royaume Uni).
Problèmes : peut de régulations, protection de l’idée, temps passé pour la communication.

Les données

http://www.itespresso.fr/intelligence-ambiante-vision-microsoft-internet-objets-88381.html
Impact des algorithmes prédictifs sur la vie privée : l’analyse des traces numériques d’un individu permet d’établir un profil personnel très fiable et détaillé.
Propose d’introduire une éthique de la donnée et de sensibiliser les gens.
Eric Schmidt, président de Google, pense qu’internet est voué à disparaître, dans le sens qu’il sera tellement intégré au quotidien qu’il deviendra aussi banal que l’électricité.
coud + big data + machine learning = systèmes capables de s’adapter et d’extraire de nouvelles informations comme des recommandation ou de la prédiction.

Ville connectée

http://www.cisco.com/assets/global/FR/tomorrow-starts-here/Nice_Jurisdiction_Profile_051214_REV.pdf
Nice connectée :
“Le projet Boulevard connecté a nécessité l’installation de capteurs dans toute la zone du boulevard Victor Hugo, notamment sur des conteneurs de déchets, des lampadaires et des trottoirs le long des places de stationnement. Outre l’éclairage public, les capteurs placés sur les lampadaires surveillent également la qualité de l’air, le niveau de bruit, la température, l’humidité et la densité de la circulation. Les données collectées par les capteurs sont envoyées au data center de la ville via des réseaux Zigbee et Wi-Fi. La mise en place du réseau Wi-Fi permet également aux employés municipaux d’accéder à l’intranet de la ville depuis différents points dans la ville.”
Plateforme ouverte pour permettre la modularité.
« hôtel de ville virtuel » : terminal à écran tactile dans les centres commerciaux permettant de contacter un employé municipal par vidéo-conférence, pour avoir de l’aide sur les démarches administratives.
Avantage : meilleure coordination des services administratifs, plus de mutualisation.
Autres objectifs : choisir le moyen de transport le plus efficace en temps réel, gestion/prévision de la circulation, services analytiques, informations aux usagés.

Points clés : savoir ce qui se passe, n’importe où, en temps réel.

Ouverture

  • A qui appartiennent les données que nous diffusons à tout va sur le web ?
  • Quelles limites à l’utilisation de ces données, quelle confiance peut-on leur accorder
  • A-t-on toujours conscience que nos données personnelles (localisation, photos, etc…) sont utilisées ?

Thibault RIVE
Houssem Eddine SEDDIK
Mohamed SDIRI
Etienne LAPLANE

Ce contenu a été publié dans Web Social, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Domaines applicatifs autour du web social

  1. Anne MESNIL dit :

    Retour sur votre présentation et les questions posées à la fin. Nous avons plusieurs points de vue sur les données personnelles stockées par les réseaux sociaux :

    -illusoire d’imaginer que ces données ne seront pas divulguées car les conditions d’utilisation des données donnent vraisemblablement une grande liberté aux entreprises. Les Etats ont la charge de faire des lois pour protéger les libertés individuelles mais la question est : ont-ils vraiment du pouvoir sur ces grosses multinationales ?
    -Si les utilisateurs se sentent menacés par une mauvaise utilisation de leurs données, ils quitteront tout simplement la plateforme. Cependant, une base de données est plus intéressante lorsqu’elle reflète l’actualité. Les grandes entreprises possédant ces données ont donc tout intérêt à les protéger.
    -Un ressenti personnel face à la diffusion de ces données réside dans la méfiance. Un utilisateur consciencieux reste averti et fait attention aux données qu’il publie.

    Anne MESNIL
    Geoffroy CLAUSS
    Nicolas GIMENEZ
    Maxime LANAVE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *